22 octobre - 20 novembre 2007 : Valentina AUDRITO (Design) Dom GARCIA et Sylvie BOYER (photos) - ''Homelette''

Slick 2007 – La Bellevilloise - espace Mezzanine / salon VIP

Qui de l’œuf ou de la poule ? Et quel lien entre la photographie de Dom Garcia et le design de Valentina Audrito ? Une occurrence de poule et d’œuf précisément. Français, Dom Garcia s’est attaché à la périphérie, celle de Paris, en tirant le portrait nocturne de ces immeubles qui délimitent la frontière entre la ville lumière et sa banlieue. Autant de buildings habités dans l’anonymat d’un no man’s land figé depuis toujours et qui vit à la vitesse autorisée du boulevard périphérique, si familier aux automobilistes, si ingrat aux familles : cette terra incognita des cages à poules tout à coup personnalisées par le regard du photographe – ses images numériques ont toutes été prises la nuit, les tons saturés étant le seul fait de l’éclairage urbain et des longs temps de pose. On ne les connaît souvent, ces immeubles frontaliers, que par les néons publicitaires qui les illuminent, Fujifilm, Crédit du Nord, Hollyday Inn ou encore, pied de nez dérisoire, Pirelli qui, par association d’images, nous rappelle que les poules du mois de ses fameux calendriers sont bien loin des cages isolées par Dom Garcia en extérieur nuit.

Rien de neuf, donc, à l’est du périphérique.

Pour le neuf, ou plutôt les œufs, c’est à Bali, via Turin, qu’il faut aller le chercher. C’est là que Valentina Audrito a pondu sa collection de meubles « Le Uova di Leon » (« Les œufs de Leon » en édition limitée) qui, à partir de la forme ovoïdale si chère à Christophe Colomb, mélange le blanc et le jaune pour en faire une mayonnaise d’intérieur ludique et douillette. Avec humour et un rien d’espièglerie, cette jeune designer transalpine, installée à Bali, a décliné l’œuf dans ses formes crues et cuisinées : ainsi à la coque devient-il un tabouret, dont le sommet une fois retourné révèle l’assise (« Three-minute Boil »), sur le plat, c’est un tapis blanc agrémenté d’un ou deux coussins jaunes (« Sunny Shag Up », jeu de mots impossible à traduire entre sunny side up : sur le plat, et shake up : baiser), un œuf dur coupé en deux figure une lampe (Standing Uovation , jeu de mots entre standing ovation et fécondation), un panier d’œufs frais se transforme en canapé-nid (« Don’t Break My Eggs » : me casse pas les bonbons), eggcetera.

C’est sans doute parce que Valentina Audrito – fille du designer Franco Audrito qui a créé, pour le studio 65, le fameux canapé « bouche » dans les années 70 – est avant tout architecte, qu’elle a choisi, pour sa première collection de meubles « Les œufs de Leon », cette forme de construction originelle aussi simple que parfaite, comme un hommage à la naissance de son fils Léon.

Dans cet esprit de « In » (le design de Valentina Audrito) et de « Off » (la photographie de Dom Garcia), la galerie Sit Down a ainsi choisi de réunir ces deux artistes OVNI qui tendraient à prouver qu’il y a parfois des œufs dans le « In » et, bien sûr, des poules dans les « Off ». Ce qui nous ramène à la question du début.

Alain Wais