15 novembre - 29 novembre 2008 : Aurélia ALCAÏS ''Poupées bidons''

Présenté dans le cadre du mois OFF de la photo, dans les vitrines voisines des magasins fermés de la rue Sainte-Anastase. Le travail inattendu d’une photographe imprévisible: Aurélia Alcaîs Est-ce parce qu’elle est à l’origine comédienne qu’elle aime faire tous les métiers : coiffeuse, maquilleuse, styliste qu’elle fait naître une ribambelle de personnages imaginaires ?A l’image de Joséphine Baker qui a adopté dix enfants, Aurélia Alcaïs, aurait aimé en avoir une trentaine. Comme alternative à ce fantasme, elle a décidé d’adopter les ventres des futures mamans en les déguisant. Aurélia immortalise ses créations en les photographiant. Sa galerie de portraits « prénatals » est une façon d’interpréter la vie d’avant la naissance. Ainsi sont apparus : Léon, Corinne, le shérif, Emilie, Peggy, Louis… et les autres pour dessiner cette ronde de polichinelles, ces portraits en rêve d’enfants à naître…

Mannequin, comédienne pour Eric Rohmer et Philippe Garrel, et parce que la photo rassemble toutes ses passions - la mise en scène, la mode, la peinture, la psychologie, l’absurde, la beauté - elle commence à prendre des photos parallèlement à sa carrière d’actrice.Aurélia Alcaïs est née en 1973 à Paris. Elle vit et travaille à Paris. Elle réalise une première série : « Mamans modèles», des photos de son fils qu’elle jette dans les bras de femmes connues ou inconnues, pour réaliser des portraits avec un peu d’elle-même. Maintenant que son fils marche et qu’il ne veut plus aller dans des bras étrangers, elle remonte le temps et photographie les ventres ronds de femmes enceintes. Ainsi sont nées les « Poupées bidons » présentées pendant le mois Off de la photo par la galerie SIT DOWN. Dans chaque photo, il y a un cœur qui bat.