26 mai - 26 juin 2010 : Vincent SCALI ''La feuille d'arbre à l'époque de sa reproductibilité technique''



Vincent Scali a choisi comme titre pour sa seconde exposition à la galerie SIT DOWN, d’adresser un clin d’œil au texte de Walter Benjamin « l’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique ». Il retourne à sa source d’inspiration privilégiée : la feuille d’arbre. Cette fois, il les démultiplie à l’envie et les reproduit en bronze trempé dans un bain d’or.

Ses feuilles s’envoleront ensuite en Provence, à Beaucaire la médiévale, où elles seront installées, à partir du 15 juillet, en plein centre de la ville, dans la cour d’un ancien couvent du XVIIème siècle.

Certaines de ses œuvres seront également présentées dans le cadre de la première édition d’AP'art (Alpilles-Provence’art), festival international d'art contemporain qui se déroulera du 8 au 13 juillet 2010, à Saint Rémy de Provence et dans les Alpilles.


"Vincent Scali est un drôle de type. Son travail, personnel et inclassable, aime brouiller les pistes. Quand il utilise un ensemble de feuilles d’arbre fondu en bronze semblant sortir du mur, il y découpe des trous. Personne ne sait si ces feuilles souffrent d’une maladie de type Seveso, ou bien s’il s’agit d’un travail de non vigilance, une activité pour « passer ses nerfs » ? L’humour qu’il pratique, une forme à géométrie variable, est passé par ici et repassera par là. Il traverse ce masque en bronze, moulage d’une feuille de catalpa, vous fixant avec ses yeux de taxidermiste comme une sculpture précolombienne vous empêchant de dormir dans la même pièce ! Là, il s’attaque à l’autoportrait, enfermant une simple photomaton de son visage légèrement anxiogène dans une fiole de laboratoire remplie d’eau, même s’il a l’air d’être en pleine possession de ses moyens, immergé dans ce petit espace. Plus loin, ce tapis carré composé de feuilles de laurier ou l’artiste a gravé avec une typographie majestueuse : Par dessus le marché phrase à triple sens qui peut être se moque de la bienpensante écologie ou il s’amuse avec le monochrome de nos ancêtres ? Chaque regardeur y trouve ce qu’il veut. Au fond, une cascade composé de six feuilles qui porte chacune en mot, l’ensemble, une phrase de Bernanos dans « Sous le soleil de Satan » : Toutes les semaines succédaient aux semaines. Drôle de façon de structurer le temps. Un faux éclectisme règne sur ce travail, il nous oblige à y regarder de plus près. Puis on ajuste les pièces du puzzle pour reconstituer l’image de cette œuvre cohérente et disparate. Vincent Scali aime jouer sur le rapport à l’échelle, les matériaux, les textes qu’il détourne. Sa malice contagieuse nous entraine dans son univers qui frôle le jeu."

Cyrille Putman, écrivain



Du 20 mai au 26 juin 2010

Galerie SIT DOWN - 4 rue Sainte Anastase – 75003 Paris

Du 8 au 13 juillet 2010

AP’art (Alpilles-Provence’art) – Saint-Rémy-de-Provence

Du 15 juillet au 29 août 2010

A Beaucaire : 8 rue Arceau de l’Avenir – 30300 Beaucaire