6 novembre - 27 décembre 2014 : Sacha VAN DORSSEN ''Sensibilité 64 ASA, le Maroc''
TELECHARGER LE COMMUNIQUE DE PRESSE

> Voir les oeuvres de Sacha Van Dorssen



Dans le cadre du Mois de la Photo à Paris 2014, la Galerie Sit Down présente Sensibilité 64 ASA, le Maroc, une sélection d’images inédites de Sacha. 

Cette exposition offre un autre regard sur l’œuvre d’une grande photographe connue essentiellement pour ses tirages sur papier glacé publiés dans les plus prestigieux magazines des années 70 à 2000.

Prises en marge de ces photos de mode, les images pour la plupart réalisées sur films Kodachrome -sensibilité 64 ASA- nous révèlent un Maroc authentique. La lumière comme toujours est naturelle et  l’œil de Sacha reste inchangé ; il ne cherche pas les poses savamment étudiées mais simplement et très justement, des hommes et des femmes sans artifice à l’élégance sublimée.

Photographe de mode reconnue internationalement, Sacha van Dorssen, dite Sacha, a fait l’objet de nombreuses expositions et d’une monographie aux éditions du Chêne en 2011.

Dès ses débuts, Sacha privilégie la lumière naturelle qui lui permet de mieux restituer la part la plus intime des êtres et des choses qu’elle photographie, sous tendant un humanisme, qui imprègne ses clichés d’une rigueur toute particulière autant qu’harmonieuse. Un naturel qui lui est propre.

Dès les années 60, Sacha découvre le Maroc, où elle s’installe, à Marrakech, dans la Médina, avant de choisir la campagne toute proche. A cette époque le Maroc est encore un pays authentique dont elle perçoit toutes les facettes, en utilise la lumière, toutes les lumières au fil des nombreux reportages de mode qu’elle y réalise. Parallèlement, les paysages, mais aussi les habitants, chez lesquels, elle découvre l’évidente simplicité des gestes du quotidien l’émeuvent et lui inspirent de nombreuses photographies, car pour Sacha, l’ensemble de son travail l’atteste, rien n’est jamais insignifiant, tout est matière à introspection.

Forte de ce postulat, dès lors, réaliser une photographie devient un geste naturel, voire vital, mais toujours au service du sujet traité. On peut affirmer qu’à l’instar de “ l’instant décisif “ chez Cartier Bresson, Sacha décline son corolaire : “ l’instant vérité “. En effet, qu’il s’agisse d’un mannequin ou d’un marocain au labeur, le sujet est avant tout pour elle, un partenaire à part entière, qu’elle respecte et sait mettre en valeur.

Parmi les nombreuses qualités de Sacha, je privilégierai l’intuition, seule garante de la subtilité, de la légèreté dont ses clichés sont empreints, exempts de tout artifice sans pour autant négliger une part d’esthétisme qui semble être chez elle, inné.

Les photographies, ici présentées, répondent toutes et cela malgré leurs diverses sources d’inspiration, à la volonté première de Sacha de faire des images non pas des spectacles mais les étapes d’une vie.

José Alvarez