Avril 2018


• Robert McCABE, Images of an Enchanted Land, 1954 - 1965

The Photography Show presented by AIPAD.  Pier 94 - stand 705. New York City. USA 


Télécharger le communiqué de presse

Sit Down gallery for its first participation in The Photography Show will present the work of an American photographer, Robert A McCabe, who began taking photographs in Greece in the 1950s, before mass tourism, and when the islands and villages each still maintained their unique traditional culture. 

In his pictures, McCabe has captured authentic scenes of Aegean life that can never be duplicated. He also  photographed many archaeological sites and has a unique record of their condition after the War. 

The gallery will present analog silver gelatin prints ranging from 50 x 50 cm to 100 x 100 cm as well as vintage prints by the photographer which will be exhibited for the very first time. There will also be on display prints made by Modernage Labs for an exhibition in 1967 at the Onassis Olympic Gallery in New York. 


  “Through his artistic vision, the art of Robert McCabe brings us back to an older Greece, when the light was stronger, clearer, and the monuments appeared to be revealed for the first time.“

Dr Vasileios  Petrakos  (General Secretary of the Archeological Society of Athens and General Secretary of the Academy of Athens)

Excerpt from text for the exhibition of Mr McCabe’s photos on the occasion of the 180th anniversary of the Society. 



• Carole BELLAÏCHE, Jeunes Filles, 1978

Télécharger le communiqué de presse

A l’occasion de la sortie du livre de Carole Bellaïche et Alain Bergala, Entre jeunes filles aux éditions Yellow Now, la galerie SIT DOWN est heureuse de présenter les toutes premières photographies* réalisées avec un Pentax Reflex  de celle qui ne savait pas encore qu’elle deviendrait la portraitiste de talent que l’on connaît aujourd’hui, imposant un style moderne et libéré des codes de la pose traditionnelle.


  “On est en 1978. Carole Bellaïche a 14 ans. Elle est en seconde. Elle se lance avec ferveur dans le projet de photographier certaines filles de sa classe, un acte d'emprise sur celles qu'elle juge les plus belles. Elle les maquille, les dispose, les déguise, les met en scène dans l'espace hors du temps de la grande maison familiale. C'est un jeu étrange, à la fois léger et sérieux, mais elle n'a pas conscience de faire œuvre de photographe. Peu après cette expérience lycéenne, elle devient “pour de vrai” photographe - elle réalise des portraits d'acteurs et d'actrices pour leurs books. Elle abandonne ses premiers films dans un placard, comme une passade d'adolescence sans lien avec son nouveau métier.
Les pellicules dorment pendant des années, et s'abîment. Un jour, elle y repense et les exhume. Le temps de latence est achevé : les images ressurgies du passé sont bien celles d'une jeune fille de 14 ans qui ne savait pas qu'elle était photographe. Elles sont devenues “autres “car elles ont été, pour la plupart, rongées, partiellement effacées, mais aussi ornées, redessinées, recréées par le travail chimique et inconscient du temps.
Elles sont devenues autres car Carole Bellaïche peut les voir désormais comme une expérience fondatrice pour son travail de grande photographe d'actrices“.

Alain Bergala, essayiste.


Pour Alain Bergala, la rareté de ces images de jeunes filles tient à leur beauté propre, à leur tenue formelle impeccable, mais aussi au fait, unique, qu'elles ont été prises par une jeune fille de leur âge. La jeune fille a toujours été un motif de prédilection pour les peintres, les photographes, les cinéastes, mais ceux qui photographient les jeunes filles sont le plus souvent des hommes, plus avancés en âge, avec tout ce que cela entraîne de nostalgie ou de désir de leur part. Le trouble qui naît de certaines de ces photos est d'un autre ordre : c'est qu'elles ont été manigancées... entre jeunes filles.

* tirages vintage d’époque et tirages argentiques d’après négatifs originaux réalisés par l’artiste