Catherine NOURY

Prêter attention

Dans la continuité de son exposition Histoires naturelles présentée à la galerie Sit Down en 2012, ainsi que dans différents festivals, Centres d’art et Musées, Catherine Noury ouvre depuis quelques années une nouvelle page de son travail, dans un lien toujours insistant avec le vivant et l’observation du réel, sous le titre générique Prêter attention.

Toujours, il est question de tout regarder avec la même attention, du plus petit au plus grand, d’accorder de l’importance aussi bien aux présences fragiles, banales, vulnérables, qu’à celles qui nous dépassent. Et de souligner par des propositions souvent poétiques, leur insistance commune à être là, et notre capacité à être concerné par elles.

Née à Lorient, Catherine Noury vit et travaille à Paris.

Après des études de littérature et de linguistique, elle devient photographe en 1989.

Elle démarre en 2004 un projet sur le portrait qui l’amène à réaliser une série de silhouettes cousues. Ce sera le point de départ de son travail avec le fil, dans lequel elle étudie au plus près, -avec une technique de broderie en volume- les motifs du paysage et de l’anatomie. 

Depuis une dizaine d’années, Catherine Noury s’est également appropriée la céramique et le dessin.

«Depuis quelques années, je travaille comme on ouvre des fenêtres sur des terrains vagues.
Y habitent, des friches, des horizons, beaucoup de nuages, mes frères les humains sur leurs routes d’errance, et le vert éclatant des herbes qui ouvre des chemins.
Dans le tumulte du monde, au coeur serré des villes, je les cherche
Sur les bords des océans incertains, je les cherche.
Dans le balancement des nuages, je les cherche 
Dans les jointures des pierres et l’entêtement des rochers, je les cherche encore
Et de cette absence de contour à la poésie précaire commence à émerger une vie navigable.
Entre ciel et terre
Ici et là-bas
Entre les lignes
Au coeur du noir qu’éclairent les lucioles»

Catherine Noury