Chantal STOMAN

Éternelles

En dépit de son nom poétique, Ōme « la prune bleue » est une petite ville un peu morne de la grande banlieue de Tokyo. Loin, très loin du tapis rouge et des paillettes du Festival de Cannes. Pourtant, à Ōme, le cinéma est partout : sur les devantures des commerces, les frontons des bâtiments, les grilles de parking, les murs des immeubles, la ville est tapissée de panneaux peints représentants des affiches de cinéma. Les habitants déambulent entre Lawrence d’ArabieÀ l’est d’EdenLa StradaCasablancaBonnie and Clyde… Un magnifique voyage dans un glorieux passé qui dévoile le Japon mystérieux et cinéphile des années 1940. Au lendemain de la guerre, la ville comptait trois cinémas spécialisés dans la projection de films d’Art et d’Essai nationaux et internationaux, ce qui fit de Ōme le paradis des cinéphiles japonais. Et pourtant, dans les années 1970, avec l’arrivée de la télévision, la fréquentation des cinémas déclina et les salles fermèrent leurs portes, laissant comme seuls témoins de l’ancienne cinéphilie des centaines d’affiches de films.

Puis, dans les années 1990, la mode rétro arrivée, la ville décida de faire revivre ce passé en exposant dans les rues une centaine de reproductions des affiches peintes par un artiste local, Bankan Kubo. 

En automne 2017, éblouie par la découverte de Ōme et de ses panneaux peints, fascinée par ce voyage dans le temps, Chantal Stoman démarre Ōmecittà. Ōmecittà est l’histoire d’un rapport exceptionnel avec le passé, la mémoire et l’art, mais l’histoire aussi d’un déclin. Immédiatement publié dans Le Monde, la photographe réalise l’enthousiasme que ce travail provoque et décide alors de retourner à Ōme poursuivre ce projet. Ōmecittà est donc la rencontre entre une artiste française passionnée par le Japon et le cinéma, et une ville éblouissante, la Cinecittà nippone. Mais c’est également le récit d’une exaltation, celle pour le cinéma, évaporée avec le passage de l’Homme et s’inscrivant pleinement dans son identité. Ōmecittà est fondé sur l’absence, absence qui crée notre imaginaire et contribue à le transformer. Les images prises à Ōme reposent dans cette dialectique entre ce qui est rendu visible et ce que ce visible témoigne de l’absence. Photographier la ville à Ōme, c’est partir à la recherche du temps perdu.

Expositions

2019

Eternelles

Galerie Sit Down

6 juin au 19 juillet 2019

Biographie

Chantal Stoman est une photographe française qui vit à Paris.
Son travail s’inscrit dans une démarche qui repose sur une observation approfondie des rapports entre l’Homme, son intimité, et la Ville.

Débuté avec A WOMAN’S OBSESSION, observation de la relation particulière que les femmes japonaises entretiennent avec le luxe et la mode, elle élargit ensuite sa focale avec LOST HIGHWAY, A PHOTO PROJECT. Réalisé sur les flyovers des grandes villes du monde c’est un voyage dans l’intimité furtive de l’humanité qui se cache au cœur des grandes villes. Depuis les autoroutes aériennes de Tokyo, Sao Paulo, Le Caire, Hong Kong, Bombay, LOST HIGHWAY raconte cette part commune à toutes les grandes citées, là où les frontières n’existent plus.

Sa passion pour le contemporain, et son incarnation la plus massive – la «ville monde», en extension continue de Tokyo jusqu’à Sao Paulo – n’ont pas entamé la sensibilité de son regard pour la ville verticale, celle qui se donne à voir et à vivre dans l’épaisseur du temps.

Le travail que Chantal Stoman a ensuite réalisé à Rome avec L’IMAGE CULTE puis à Jérusalem, avec le projet WALKING DISTANCE témoigne de son tropisme vers les «villes mythes».

Ces villes qui racontent, dans le profond, une histoire et qui font l’Histoire. L’attention au détail, – la traque d’un sens, logé parfois dans une boîte aux lettres – introduisent une interrogation, une réflexion, un suspens poétique, ajoutant à la photographie la promesse d’une suite.

En 2016, invitée en résidence au Cambodge Chantal Stoman travaille Le projet VIEWS, Phnom Penh , se plongeant dans l’intimité de la ville, la nuit. Le projet a fait l’objet d’une installation monumentale lors du Mois de la Photo du Grand Paris. Le livre VIEWS  est publié par les éditions Rue du Bouquet. Depuis 2017, Chantal Stoman se consacre à OMECITTA, un projet ayant bénéficié du soutien du CNAP grâce au dispositif de l’aide à la photographie documentaire. Un documentaire filmé est également en cours.

Presse